Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation :

Premier Repaire de Là-Bas Si J'y Suis de Haute-Savoie, créé en 2007 !

Rechercher

12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 07:36

En soutien aux cheminots qui se battent pour un autre service public ferroviaire

Rassemblement devant la gare de Thonon à 18h30 ce jeudi 12 juin

collectif d'animation l'Humain d'Abord

Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ?

Depuis 1997, la Fédération CGT des cheminots affirme que la séparation du système ferroviaire entre RFF et la SNCF est une ineptie. Le gouvernement Juppé, à l’époque, a créé RFF pour cacher la dette d’État issue de la construction des LGV. Dix-sept ans après, il y a unanimité pour reconnaître que la CGT avait raison.

La dette liée aux investissements d’aménagement du territoire n’a cessé de croître. Son poids financier freine les entretiens utiles. Le signal d’alarme sur l’état de délabrement du réseau ferré a été tiré par deux expertises indépendantes. Nombre de dysfonctionnements et d’accidents trouvent leurs origines dans cette organisation bicéphale du système ferroviaire.

Frédéric Cuvillier, alors ministre des Transports, annonçait en octobre 2012 qu’il fallait réunifier le système pour qu’il réponde aux besoins de la nation. Il a affirmé que le statut des cheminots devait être préservé pour maintenir la qualité et la sécurité de ce service public. Ses propos sonnaient bien. Mais, comme sur d’autres sujets, le gouvernement a plié aux injonctions des technocrates de Bruxelles, à la pression du président de la SNCF et des forces libérales nationales, pour transformer notre service public SNCF en service commercial ouvert au marché.

Le projet de loi présenté en Conseil des ministres le 16 octobre 2013 (inscrit à l’agenda parlementaire à compter du 17 juin) n’a plus rien à voir avec le discours rassurant prononcé un an plus tôt. Ce projet de loi entend éclater la SNCF en trois entreprises distinctes et autonomes. Il ne traite ni la dette ni le financement des travaux nécessaires. Ce serait donc par la réduction d’effectifs, la déqualification, la baisse des services et des normes de sécurité et, bien entendu, par la hausse des tarifs qu’ils souhaitent résoudre l’équation économique.

Pourtant preuve est faite que la libéralisation a des conséquences terribles. En Europe, les populations des pays qui se sont lancés dans cette aventure le mesurent. La sécurité est au plus bas, les tarifs ont explosé, le réseau et la qualité du transport se sont détériorés au même rythme que les conditions de vie et de travail des cheminots. En France, depuis l’ouverture à la concurrence du fret ferroviaire, le nombre de tonnes/kilomètres acheminé par rail a été divisé par 2 et mis sur les routes au mépris des enjeux environnementaux, économiques et sociaux.

La CGT, avec l’UNSA et SUD rail, a alerté à plusieurs reprises : grève le 13 juin et le 12 décembre 2013, manifestation nationale le 22 mai 2014.

Face à la surdité du gouvernement, les cheminots sont en grève reconductible...

Nous exigeons une réelle réunification de la SNCF, un traitement de la dette d’État portée par le système ainsi qu’un financement de la régénération du réseau et de son développement par des ressources nouvelles et une autre organisation de la production.

Il est essentiel de maintenir un niveau de qualification et des normes sociales aptes à répondre aux contraintes du service public tout en garantissant la sécurité des circulations et des usagers.

Enfin il est impératif de faire du transport de marchandises par des modes alternatifs à la route un service d’intérêt général.

La CGT a élaboré et versé au débat un contreprojet répondant à ces 4 thèmes qui a servi de base à une plateforme syndicale unitaire.

Il appartient au gouvernement de nous entendre. La SNCF appartient à la nation, en ce sens les usagers, les citoyens doivent être informés et associés aux réflexions sur son devenir, c’est un enjeu de société. Si réforme il doit y avoir, c’est vers « la voie du service public SNCF » qu’il faut aller. Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT des cheminots

 

Autres points de vue :

Gilles Savary, député PS et rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire. Si tous les pays d’Europe ont réformé leurs chemins de fer, c’est pour faire face à de nouveaux défis. Ceux des nouvelles concurrences que lui opposent les low-cost aériens sur les grandes distances, les usages partagés de l’automobile comme le covoiturage, ou des générations de poids lourds et de cars de plus en plus performants....

 

André Chassaigne, député PCF 
et président 
du groupe GDR à l’Assemblée nationale. Le gouvernement avait affiché, dès l’automne 2012, sa volonté de réformer le système ferroviaire national, d’en restaurer la viabilité économique et de mettre un terme aux graves dysfonctionnements nés de la séparation intervenue en 1997 entre SNCF et RFF. Ces dysfonctionnements et la dégradation du service rendu aux usagers mettent en évidence la nécessité d’une réforme ferroviaire se fixant pour objectif un service public réunifié. Ce n’est malheureusement pas la voie suivie par le gouvernement...

article complet sur l'Humanité.fr

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire - dans Economie Evénements
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 20:15
PESTICIDE MON AMOUR à Cervens

Dans le cadre de l'événement

"Ma commune, mon jardin, objectif zéro pesticide",

projection co-organisée par le SYMASOL et l'association art terre


PESTICIDE MON AMOUR

documentaire d'Eric Fretel

Vendredi 13 juin, 20h
à Cervens, salle polyvalente (entrée libre)

Ce film (42') fait l'état des lieux, avec humour, de l'usage des produits toxiques déversés quotidiennement sur les zones non agricoles (jardins, espaces verts, bords de routes, complexes sportifs,...). Les intervenants, d'horizons variés, abordent le sujet de différents points de vue : santé, culture, pratiques quotidiennes, collectivités locales, etc...

La projection sera suivie d'un débat en présence de M. Gil Thomas, président du SYMASOL, M. Xavier Cluzel, responsable des services techniques d'Anthy, Mme Christine Gur (FRAPNA), Mme Amélie Sahuc (SYMASOL) et l’association Art Terre

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire - dans Evénements Santé - agriculture
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 10:57
No Gazaran

Jeudi 12 juin – 20h

Thonon - Cinéma Le France

No Gazaran

Film-documentaire de Doris Buttignol et Carole Mendusi

Débat animé par Jacques Cambon

L’alerte est lancée dans le sud est de la France début 2011 : le gaz de schiste arrive dans nos villages, nos paysages, nos vies. Carnet de route d’une mobilisation citoyenne imprévue, le film témoigne des soubresauts d’une société prise au piège d’un modèle économique en crise en suivant pendant deux ans l’organisation d’un mouvement de résistance historique qui va faire reculer les industriels et l’état.

Il y a trois ans, des milliers de citoyens découvrent que des permis d’exploration de gaz de schiste ont été accordés dans le plus grand secret. Ce déni de démocratie provoque alors une mobilisation sans précédent qui enflamme le Sud-Est de la France et fait reculer l’industrie pétrolière. Un rapport de force s’instaure. Face à la pression du lobby gazier sur le gouvernement, citoyens et élus locaux se préparent à la désobéissance civile. Ils dénoncent l’illusion d’un eldorado financier et les risques sur la santé et l’environnement. Mais de nouveaux forages démarrent.
Cette résistance faite de solidarité, d’imagination et d’intelligence collective sera-t-elle suffisante pour relancer le débat sur la transition énergétique ?

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 13:47

François Hollande, accordez l'asile politique à Edward Snowden !

pétition à signer ici (presque 150'000 signatures aujourd'hui)

En juillet prochain, le visa d'Edward Snowden arrivera à expiration en Russie. Nul ne sait alors ce qu'il adviendra de lui dans le contexte international tendu qui est celui d'aujourd'hui.

La France, pays des droits de l'Homme et de la liberté de la presse, a une obligation particulière à l'égard d'Edward Snowden car sa constitution prévoit que "tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la république"...

 

Snowden: ce qui a changé, un an après (article l'Humanité)

Le 6 juin 2013, paraissaient les premières révélations d'Edward Snowden, sur le programme Prism. Un an et plusieurs nouvelles divulgations plus tard, le débat et les comportements ont évolué...

et aussi :

L'édito politique de Thomas Legrand  (6 juin) : Accueillir Edward SNOWDEN

 

 

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 13:35

Conférence sur le Revenu de base

Samedi 14 juin - 19h30

Annecy, salle Yvette Martinet (15, av. des Îles)

Entrée libre – participation libre aux frais - plus d'infos ici

Le revenu de base va changer la face du monde !

Venez en débattre avec nous !

 

Anciens articles sur le Revenu universel de base, avec de nombreux liens :

- Revenu de base en Europe

- Soirée Repaire oct. 2013

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 13:28

Nous étions environ 2000 sur le Plateau... en plus, il faisait beau !

Le rassemblement "Paroles de Résistances" 2014 s’est déroulé dans un climat de grande chaleur humaine, de fraternité, d’amitié...

Environ 1 500 personnes se sont retrouvées à Thorens samedi 30 mai 2014, autour des forums, débats, films, stands divers... (quelques compte-rendus des nombreux échanges seront publiés sur le site du CRHA).

Dimanche 1er juin, environ 2 000 personnes se sont retrouvées sur le plateau des Glières, pour écouter les témoignages de nos invités, résistants d’Hier et d’Aujourd’hui, d’Ici et d’Ailleurs :

  • Laurent PINATEL, porte parole de la Confédération Paysanne

  • Cécile ROL-TANGUY, empêchée pour raisons de santé, par l’intermédiaire du texte de son discours prévu

  • Christian GARRETTE, postier d’Annecy poursuivi pour ses activités syndicales

  • Massa KONE, malien, représentant de No Vox, association internationale de paysans sans terre

  • Julien LAUPRETRE, résistant durant la seconde guerre mondiale et Président du Secours Populaire Français

  • Germain SARHY, directeur de la communauté Emmaüs de LESCAR-PAU

  • Jean-Jacques TANQUEREL, médecin en lutte contre la marchandisation des données médicales

  • Jamal HWEIL, résistant palestinien, prenant la parole au nom de Marwan BARGHOUTI, leader palestinien prisonnier à vie.

Nos invités nous ont montré, une fois de plus, que chacun d’entre nous peut agir en tant que citoyen, créer ou rejoindre un collectif et remporter de belles victoires
Chacun est reparti de Glières avec des forces nouvelles pour reprendre la lutte pour une société plus juste, plus humaine, plus solidaire.

 

Lors du forum à Thorens/Glières le samedi, de nombreuses interventions passionnantes : sur l'accaparement des terres, le grand marché transatlantique, 'résistance et résidence' pour les étrangers, finance et rapport capital / travail...

 

Un forum passionnant en présence de responsables nationaux de mouvements, syndicats et partis politiques qui se sont exprimés comme s'ils étaient ministres d'un gouvernement issu d'un nouveau CNR (Conseil national de la Résistanc) et proposant des projets de lois visant des « Jours Heureux pour demain » (titre du Programme du Conseil national de la Résistance – CNR), animé par François RUFFIN, journaliste à Fakir.

Intervention de Gérard FILOCHE

Intervention de Jacques NIKONOFF (avec introduction de Gilles Perret)... vidéo (12') avec l'ambiance de la salle Tom Morel...

 

Articles dans la presse :

2000 citoyens sur le plateau des Glières dans un magnifique silence à l’écoute des résistants d’hier et d’aujourd’hui

Aux Glières, l’héritage des résistants est une arme moderne

(merci d'en transmettre d'autres dans les commentaires ci-dessous)

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 08:43

Il y a une juste semaine : Jour de victoire chez Fralib

Presque 4 ans de lutte pour faire plier la multinationale Unilever, dont le PDG a son rond de serviette à l’ONU, c'est une « victoire historique », que les Fralibiens entendent partager avec tous les travailleurs, syndicats, partis progressistes, artistes, collectivités locales, élus politiques...

Un grand élan de solidarité s’est exprimé dans tout le pays jusqu’à ce 27 mai,

« jour anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance »

Unilever a fini par lâcher quelque 19,2 millions d’euros, dont une bonne part est constituée d’une prime de 100 000 euros pour chacun des 76, s’ajoutant à leurs indemnités légales. Une autre partie concerne la remise à niveau des machines (estimées à 7 millions d’euros et cédées pour l’euro symbolique), l’investissement dans une nouvelle ligne (250 000 euros) ou encore une contribution exceptionnelle à la trésorerie (1,5 million d’euros) devrait permettre un décollage de la Scop TI (Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions) au sein de laquelle, faute d’Élephant, devrait naître une nouvelle marque méridionale d’infusions aromatiques.
Auront-ils les volumes de production suffisants pour atteindre l’équilibre des comptes ?


Dorénavant pour les soutenir :

BUVONS TISANES ET INFUSIONS !

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 19:26

L’audace à gauche, sinon rien

L'ampleur du désastre lors des dernières élections doit susciter l'électrochoc nécessaire pour une refondation, explique Clémentine Autain (Front de gauche). Les composantes du FdG doivent faire des efforts de réorganisation interne et d'ouverture citoyenne en vue de la constitution d'un front plus large avec tous ceux qui « ne se reconnaissent pas dans l'orientation gouvernementale et veulent redonner des couleurs au mot gauche ».

« Cela ne peut signifier qu’une chose : non pas qu’il n’y a pas de route pour en sortir mais que l’heure est venue d’abandonner toutes les vieilles routes » Aimé Césaire, dans une lettre à Maurice Thorez en 1956

L’audace ou de nouvelles défaites : nous sommes au pied du mur. L’ampleur du désastre à gauche est telle que la sidération domine, pour l’instant. Le danger serait de plonger durablement dans la paralysie. Ce cinglant échec doit au contraire susciter l’électrochoc nécessaire pour une refondation à la hauteur des défis contemporains. A gauche, nous devons balayer devant chaque porte et se mettre au travail : notre responsabilité est immense pour que notre pays ne bascule pas dans l’obscurité et que la gauche ne se transforme pas en relique du passé. Ce n’est pas d’un nouveau meccano électoral de court terme dont nous avons besoin mais d’oser, d’inventer, de s’ouvrir sur la société pour reconstruire un imaginaire émancipateur...

La Ve République est exsangue. Le libéralisme économique et son lot d’austérité ont ravagé les conditions de vie du plus grand nombre. Liberté, égalité, fraternité : les valeurs républicaines résonnent dans le vide.

 

Clémentine Autain : « Pour un rassemblement plus large que le FDG ! »

... Le Front de gauche n’a pas retrouvé les dynamiques de 2005, quand nous avons dit non au traité constitutionnel européen, et de 2012 autour de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle. Cet essoufflement est la conséquence à la fois d’erreurs tactiques récentes et de difficultés de fond...

Au lendemain de la présidentielle et des législatives, le Front de gauche n’a pas su imaginer une architecture organisationnelle qui permette de pérenniser cette implication. Il s’est coupé de l’élan citoyen et militant. Le cartel d’organisations s’est alors très vite transformé en tête-à-tête mortifère entre le Parti communiste français et le Parti de gauche. Si le fonctionnement pyramidal et caporalisé peut avoir une efficacité à très court terme, il ne marche plus pour structurer et développer un espace politique dans la durée. Tant que nous ne proposerons pas une organisation politique plus souple, plus ouverte, plus horizontale, soucieuse du renouvellement de ses élus, porte-parole et cadres politiques, nous n’aurons pas cette force politique, sociale et intellectuelle porteuse de majorités...

merci Daniel !

 

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 11:30

Mille vaches : le récit de la journée « démontage » où l’affaire a basculé Pour remettre le projecteur sur la ferme-usine des Mille Vaches qui, selon eux, signe l’arrêt de mort des petits paysans, la Confédération paysanne a mené une action de démontage. Le gouvernement a choisi la réponse répressive : le porte-parole du syndicat, Laurent Pinatel, a passé la nuit de mercredi et à jeudi incarcéré, ainsi que quatre autres paysans.

 

Soutien aux militants de la Confédération paysanne en lutte contre le projet de la ferme des 1000 vaches La Fondation COPERNIC apporte son entier soutien à la Confédération Paysanne et à ses militants, interpellés et déférés ce matin au tribunal d’Amiens pour une action nécessaire et légitime contre un nouveau projet d’agriculture industrielle qui fera disparaître les paysan-ne-s, qui met en péril la santé, la sécurité, l’environnement et l’emploi, qui pose la question de la condition animale, et montre de façon évidente les dérives de tout un système.

Après une action de démontage menée par la Confédération paysanne sur le site usine des 1000 vaches le mercredi 28 mai, 4 militants ont été interpellés et placés en garde a vue. Quelques heures plus tard, alors qu’il retournait à Abbeville pour les soutenir, le porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, a été violemment interpellé en gare d’Amiens. C’est la 3ème fois qu’il est placé en garde à vue dans le combat contre ce projet destructeur. C’est deux poids, deux mesures : répression syndicale d’un coté, impunité de l’autre.

 

Mille vaches : les paysans et Laurent Pinatel convoqués devant le Parquet

Interpellés mercredi lors de leur action contre la ferme des Mille vaches, cinq militants de la Confédération paysanne, dont le porte-parole Laurent Pinatel, ont passé près de quarante-huit heures en garde-à-vue. Le « caractère disproportionné » de la réponse policière et judiciaire suscite l’indignation du syndicat paysan et de ses soutiens. Une manifestation a eu lieu devant le Palais de justice de Paris. Mais, jeudi de l’Ascension oblige, l’événement a pour l’instant suscité peu d’échos.

 

Pourquoi y a-t-il complicité entre les services de l’Etat et le promoteur dans l’affaire des Mille vaches ? Interview de Laurent Persis est le maire de Drucat-le-Plessiel, dans la Somme.

Le dossier des Mille vaches de Reporterre

Cyberaction à signer : Monsieur le Ministre, Par la présente, je tiens à marquer mon soutien aux militants de la Confédération Paysanne interpellés et mon opposition au modèle agricole que représente la "ferme des mille vaches."...

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 16:07
Accoucher à la maison...

Vendredi 6 juin, 20h

au cinéma Le France à Thonon

les Bobines du Léman

vous proposent le documentaire :

'ENTRE LEURS MAINS'

suivi d'un échange avec Cécile Bachelot,

sage-femme libérale

(qui intervient dans le film)

et Céline Henry,

parent de l'association La Maison'née

Repost 0
Published by la Rédaction du Repaire
commenter cet article